Les nouveautés

Les symphonies no. 4 et 5 de Joseph Lauber (1864 – 1952)

le 3e et dernier volume de l'enregistrement intégral symphonique - en première mondiale

Avec les deux symphonies central de son oeuvre  – la Quatrième (1913) et la Cinquième (1918), le voyage de redécouverte sur les traces du compositeur suisse oublié Joseph Lauber entre dans sa dernière phase : bien que composé aux alentours de la Première Guerre mondiale, Lauber ne devient toujours pas confessionnel ni révolutionnaire: il respecte toujours la traditionnelle structure en quatre mouvements, mais surprend dans les deux œuvres avec des mesures impaires, une instrumentation exotique (xylophone, tambourin. …), avec une profusion d’emprunts mélodiques – et insère même un air de carillon qu’il dit avoir entendu en faisant du ski en Valais. Un symphoniste entre deux mondes et entre deux cultures – un Français dans sa sensibilité du son, allemand dans la conception des motifs et un Suisse dans l’intériorisation émotionnelle. L’Orchestre symphonique Bienne-Soleure joue sous la direction de Kaspar Zehnder. La direction artistique de l’enregistrement a été assurée par Frédéric Angleraux, ADCSound.

 

figurations – l’album début du quintette d’anches BlattWerk

premières mondiales et arrangements inédits

Le quintette BlattWerk avec ses membres Martin Bliggenstorfer (hautbois), Jonas Tschanz (saxophone), Nils Kohler et Richard Haynes (clarinettes) présentent, avec la bassoniste Elise Jacoberger, leurs propres arrangements de la Suite op. 14 de Béla Bartòk et de Ma Mère l’Oye de Ravel. La Suite Bergamasque de Debussy est jouée dans la version d’Oliver Boekhoorn. Les “figurations de mémoire” du compositeur suisse Walter Feldmann bouclent la boucle et montrent encore une autre facette de cet ensemble passionné de musique nouvelle. “Dans une excellente prise de son, BlattWerk obtient des interprétations extraordinairement vivantes et colorées, tout en étant finement équilibrées et pleines d’ambiance, que ce soit dans les passages virtuoses ou lyriques” (Remy Franck, Pizzicato).